LA VIE À DEUX, RÊVE OU CAUCHEMAR ?

azaroth
azaroth
Je viens d'apprendre il y a peu la séparation d'un couple d'amis sur qui jamais de la vie j'aurai pu imaginer un seul instant qu'ils puissent se séparer tant ils semblaient former un couple uni et aimant.
Et pourtant, elle a décidé de partir pour "faire le point", et mon pote, quant à lui pleure et inonde sa page facebook de photos de lui avec ses enfants, de chansons d'amour, de p'tits mots tendres qui disent qu'il a de la chance d'être avec une femme merveilleuse (il parle au présent pour quelque chose de passé), enfin bref, il essai de jouer ses dernières cartes en essayant tant bien que mal de faire vibrer la fibre sentimentale de celle qui a partagé sa vie durant de nombreuses années.
Mais voilà, elle est partie faire le point et en réalité, ce départ est définitif, quoiqu'il fasse ne la fera jamais revenir au bercail. C'est FINI ! C'est une période dure pour lui et j'imagine que pour elle, ça doit pas simple non plus, mais la seule chose qu'ils leur reste à faire, c'est de prendre rendez-vous chez l'avocat et de signer les papiers du divorce et de régler les modalités liées à la garde des enfants.

Si je vous parle de mon pote, c'est que son histoire a toujours été inspirante, ça donnait envie de vivre ce qu'ils vivait, je me disait : si c'est ça la vie à deux, alors, ça vaut le coup d'être vécu, faut garder espoir.
Mais là, subitement, tout s'écroule, à quoi peut-on encore croire après ça ?
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Ma réflexion sur l'amour commence maintenant :

Je n'ai jamais eu de copine de toute ma vie, même pas une amourette, rien, que dalle et si c'est quelque chose qui me pesait à un moment donné, aujourd'hui, je me dit que je suis finalement le plus heureux des hommes dans la mesure où je suis un homme libre, je n'ai de compte à rendre à personne, pas d'obligation, je ne suis pas esclave de l'autre.
Il m'aura fallu pas mal de temps avant d'accepter et d'assumer complètement ma situation actuelle.
Qu'est-ce que ça m'apporterai d'être avec quelqu'un ? Pas grand chose de vraiment positif à moins bien sûr de tomber sur LA personne idéalement faite pour moi mais ça, c'est dans les films, car dans la réalité, on se met avec ce qu'on peu avoir faute de mieux.
L'idée consiste à obéir à une règle sociétale qui veut que l'on fasse comme tout le monde, qu'on vive le "rêve américain", à savoir : avoir la p'tite femme ou le p'tit mari, les p'tits enfants, le p'tit pavillon de banlieue, le p'tit travail, la p'tite auto familiale pour partir en weekend, le chien et des voisins aussi charmants qu'incipides.
Et bien au risque de surprendre, cette perspective de vie ne me fait pas rêver, je trouve ça pathétique et triste à pleurer.
J'ai peut-être aspiré à ça dans mon jeune temps mais quand je vois comment ont évolué mes potes et à quel point ils se font chier dans leur vie, je me dit que j'ai fait le meilleur des choix pour mon existence propre.
Y'en a même un qui est venu chez moi l'autre jour la larme à l'oeil et qui m'a dit : Tu ne sais pas la chance que tu as d'être seul ..." Je lui ai répondu que si, j'étais pleinement conscient de mon bonheur et que jamais, à aucun prix ne n'échangera ma vie avec la sienne ni celle d'aucun de mes copains, même une journée.

La vie à deux, ça apporte quoi de bien concrètement ? On se partage les tâches et on est plus le seul à se taper toutes les corvées ? Y'a deux fois plus de fric qui rentre à la fin du mois ? On baise de temps en temps ? On peu parler à quelqu'un en mangeant ? Pppfff :-/ Oui et c'est tout ?
J'imagine que chez beaucoup, il y a une complicité, des loisirs communs mais franchement je ne pense pas que ça concerne tant de monde que ça.
Des fois, je m'interroge sur les motivations qui ont poussé certains de mes copains à s'être intéressé à leurs copines ? Il étaient tellement plus heureux et libres avant, pourquoi se sont-ils infligés ça ? Pour se donner une certaine image aux yeux de la société ? Ont-ils été victimes d'une pression familiale ? Pour répondre à besoin d'accomplissement ? Ca y, on est marié, on a des gosses, un boulot et un crédit immobilier sur 30 ans, alors, on est bien installé dans la société, on est heureux ? On est comme tout l'monde ? Etre heureux ? Ce n'est qu'une façade à mon avis car si on creuse un peu, je suis sûr qu'on est loin du compte mais on donne le change, on fait semblant de l'être, mais dans les faits, mes copains se font chier à mort ! Le fait est qu'ils ont pris perpét incompressible et s'ils devaient se séparer, ils gagneraient certes en liberté après un passage à vide mais ils seraient immanquablement liés à leur passé par la fameuse pension alimentaire qui les obligera à vivre bien en dessous du seuil de pauvreté car les gens font des gosses bien trop vite à mon avis, ils se rencontrent, baisent 2 ou 3 fois et au bout d'un mois, ça y est, bébé est en route, youpiii, bonjour les emmerdes.

Dans ma vie future, disons, quand j'en serai au début du crépuscule de mon existence, peut-être envisagerai-je de me mettre avec quelqu'un mais ça ne sera rien d'autre qu'une compagne, une super copine pour ne pas finir seul, elle aura vécu bien plus de choses que moi et aspirera à simplement profiter de la vie comme je l'aurai fait bien avant elle, elle me racontera sa vie, je serai son confident, son psy et peut-être son amant, allez savoir mais on ne cherchera plus à construire quelque chose ensemble car on aura déjà pas mal construit chacun de notre côté.

J'ai le sentiment que ma génération (35-50) ne prend plus la peine de faire des concessions, on en a marre de l'autre, alors, on se casse, un point c'est tout, autrefois, la génération de mes parents et même bien avant eux, quand on était avec quelqu'un, on restait avec car le divorce n'était pas si fréquent et surtout, c'était mal perçu dans la société, ça pouvait même être vécu comme un échec personnel.
Alors nos ancêtres restaient avec cette femme ou cet homme pour qui il n'y avait plus guère de sentiment mais on donait le change là encore, on montrait l'image d'un couple idéal, uni devant les gens mais derrière les murs des chaumières, ça s'envoyait des noms d'oiseaux, voir, ça se cognait de bon coeur.
Il arrivait que l'homme ou la femme prenne un amant ou une maîtresse avec qui un second souffle voir une seconde vie était possible, il arrivait que l'époux ou l'épouse soit au courant mais personne disait rien, on fermait les yeux pour l'image.
Aujourd'hui, on se quitte sans état d'âme, du jour au lendemain, sans regarder en arrière, est-ce mieux ou moins bien ? Je ne sais pas, là je pense que les avis sont partagés.
Ma mère m'a fait remarqué à juste titre que les derniers à avoir encore des valeurs, qui considèrent la relation et plus encore le mariage comme sacré, ce sont les chrétiens (les autres religions aussi sans doute) mais ma mère et moi sommes chrétiens.
Je crois qu'elle a raison, dans ma famille, il y en a et je pense qu'ils forment des couples vraiment solides, sérieux et durables, ils ont fondé leurs relations sur des valeurs communes auxquelles ils sont profondément attachés et même s'il peu arriver qu'il y ai des désaccords, des disputes, ça ne dure pas, le dialogue prime dans leurs relations et ils forment le dernier rempart contre le désespoir le plus total.
Donc, au final, si vraiment un jour, ça me prenait l'envie de vivre le "rêve américain", ça serait certainement avec une chrétienne mais je précise que la religion, c'est pas mon truc du tout, cependant, je partage beaucoup de valeurs avec ces gens-là.

Réponses

  • gemini
    gemini
    24 août modifié
    Azaroth, je comprend que tu sois surpris par cette nouvelle inattendue et peiné de voir ton ami en souffrance. Malheureusement, dans un couple, parfois il y en a un qui n'est pas honnête, qui fait semblant d'aimer et qui s'en va sans crier gare. L'autre est toujours surpris de la rupture soudaine. Mais tous les couples ne sont pas comme ça, bien sûr.
    Maintenant, quand on vit l'amour, quand quelqu'un décide de se mettre en couple, ce n'est pas pour faire comme tout le monde...sauf pour ceux qui ne sont pas amoureux et qui calculent...
    J'ai l'intime conviction que les relations amoureuses font grandir et qu'heureusement elles existent. On en apprend tellement sur nous. Tu peux toujours croire que tu es un homme aimant, généreux, respectueux...Mais dès que tu es dans la relation, tu peux te rendre compte que tu es jaloux, possessif..finalement.
    Vivre l'amour à deux c'est enivrant...Et parfois, ça donne envie de faire son nid et d'avoir des enfants...Ce n'est pas forcément pour correspondre à une société...mais un expression d'une envie de prolonger cet amour...
    Tu as des idéaux certes mais il ne sont pas concrets dans le sens où tu ne les mets pas en pratique pour savoir ce que tes mots valent vraiment.
    Tu dis qu'une relation avec une chrétienne, dans le sens croyante et pratiquante, serait plus longue avec un pourcentage minime de divorce...Je dirais que tu te trompes...La génération de tes parents est différente de la tienne. Et de deux, tu peux tomber sur une chrétienne qui a appris à supporter une relation même si l'amour n'existe plus.
    Tu as peur de la rupture, de la souffrance, de l'échec? C'est le défi de la vie. Nous sommes des êtres en constante évolution. Rester avec une seule personne toute sa vie est-ce un idéal? L'homme serait il restreint à finir dans une relation de couple unique? L'homme évolue chaque jour de sa vie et si la personne avec laquelle il s'est marié, qu'il considérait comme son âme sœur devient un frein à son épanouissement, alors il est temps de réfléchir.
    Oui bien sûr, il faut dialoguer avant de tout arrêter...Mais les relations où le dialogue n'existe pas....c'est souvent des relations "mensongères" avec un qui dupe et l'autre qui est dupé.
  • azaroth
    azaroth
    Oui et bien merci pour ta longue réponse mais en ce qui me concerne, même si l'aspect enivrant et excitant d'une vie à deux peut offrir une perspective tentante, très franchement, les risques sont bien trop grands pour que j'ai e serait-ce envie de me lancer là dedans.
    Je n'ai pas le goût du risque, je laisse ça à d'autres qui seront pour quelques-un(e)s plus heureux que moi et tant mieux pour eux mais pour la très grande majorité, ils seront bien plus malheureux que moi.
    Je préfère la voie du milieu : celle d'un bonheur moyen mais sûr.
  • James64
    James64
    8 sept. modifié
    Coucou vous 2

    Être en couple et se sentir libre est tout à fait compatible. Par exemple, l'hivers prochain je vais partir un mois à la montagne seul alors que je suis en couple et ensuite elle me rejoindra. Et même si un jour on a des enfants, on peut aussi avoir des moments seuls si on le désire vraiment et où des projets à réaliser qui nous tiennent à coeur.

    Être avec quelqu'un apporte le partage pour le meilleur comme pour les épreuves de la vie. Par exemple regarder un petit film a plus de saveur à mes yeux quand il est partagé que l'inverse.

    La question du crédit sur 30 ans peut être évitée selon les situations et les choix qui sont faits, mais pour moi ceci reste surtout un problème de système economique plutot que le fait d'avoir des enfants.

    La question des enfants m’interrogent également beaucoup. Pourquoi en avoir alors que l'on est déja très bien et que cela demanderait + d'energie et de responsabilité ? ... La seule réponse que je me suis trouvé c'est que + on est + on rit et que la vie même si dure par moment reste cool et gagne à être expérimenté B-)

    Concernant le bonheur, je suis d'accord que c'est une illusion si on atteint de l'autre/des enfants qu'ils nous amènent le bonheur. Le bonheur se construit avant tout en nous.

    Je suis d'accord avec Gemini qu'il est intéressant de voir qu'être en couple nous fait réaliser certains traits de notre personnalité/défauts qu'on aurait pas forcément soupçonné si l'on était resté seul.

    Pour moi être en couple doit amener un + pour les deux. Même si je ne suis pas amoureux ou n'éprouve pas le grand amour pour celle avec que je vis, je suis très content de ma relation actuelle (calme, respectueuse, affectueuse et amicale où l'on partage plein de truck et où l'on se dit tout). Je pense que je ne chercherai jamais quelque chose de plus ailleurs car je pense que cela n'apporterait pas grand choses de bon => J'ai tellement aimé (et aime encore) une autre fille depuis 15 ans que ducoup j'ai un sorte de vaccin pour des éventuels nouveaux amour que je pourrais éventuellement rencontrer dans le futur. Et même sans ce vaccin, je ne souhaite pas finir ma relation actuelle pour en recommencé une autre, je préfère continuer à essayer de construire ma relation actuelle tout en évoluant perpétuellement. Après si un jour, elle ne trouve plus son compte, même si difficilement au début, je l'accepterai. Car en effet, comme l'a dit Gemini, une relation ne perd pas forcément son sens/sa raison d'être si elle s'achève bien avant que l'on meurt.

    Bref, être tout seul peut très bien amener au bonheur comme tu le dit mais je trouve bien également que tu restes ouvert à une possibilité de nouvelle rencontre.
  • Syndraelle
    Syndraelle
    Pour avoir vécu les deux je dirais, que la vie à deux tout autant que le célibat peuvent tenir autant du rêve que du cauchemar.
    Les deux ont des avantages et inconvénients et selon la personne que l'on est a moment donné aussi. Car nous changeons tous, tout comme nos besoins et envies.
    Après on peut aussi très bien vivre une belle histoire sans vivre à deux. Pour les enfants là encore c'est selon chaque personne. Je n'aurais pas pu m'en passer! Mais qu'est ce que c'est chiant (pardonner moi le mot) et pourtant pour rien au monde je ne ferais autrement. Donc tout est relatif comme l'a dit un célèbre physicien. Sauf une chose OSER, il faut oser c'est la seule chose qui donne de la saveur à la vie!
    Oser c'est Vivre!
    Ne pas oser c'est assassiner son âme, c'est mourir de l'intérieur...

    Tout ceci n'est que mon humble opinion.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.
?/5
jump to page
 of 1