douceur ou brutalité?

Joydark
Joydark
25 sept. modifié dans Sexualité
je suis hetero ,j'ai été 3 fois en couple,deux fois ou sexuellement c'etais pas terrible du tout et mon chéri actuel ou c'est bien mieux.il est de caractère doux,gentil,sensible pas matcho...
le problème c'est que depuis toujours je suis attirer par le sexe torride voir meme dark
le sado masochisme,les rapport brutaux (mordre,fesser,faux viol,passion etc...)j'aime même bien les manga Yaoi(relations entre hommes)(je suis assez obséder par le sexe et par les hommes fin,beau yeux,grande main )...je nai jamais jouie avec mon copain en 3 ans de vie commune(ni avec les autres),mais des que je me masturbe sur ce type de porno au bout de 5 minutes c'est ..enfin vous voyez! donc ma question est est a moi d'apprendre a aimer la douceur ou a lui de changer sa manière de faire(bien que je doute que sa l'emballe)? merci d'avance pour vos reponces je suis vraiment perdue..

Réponses

  • Elioza
    Elioza
    Salut ! Est ce que vous en parlez entre vous de tout ce que tu viens de nous dire ?
  • Error404
    Error404
    Bonsoir Joydark,

    [TW : VIOL]

    Jeune homme hétéro, j'ai moi aussi une sexualité ... développée et exotique, on va dire.
    Je ne peux pas *vraiment* te conseiller, mais je peux te raconter un bout de mon histoire auquel j'ai pensé en te lisant.

    J'ai été avec une fille qui appréciait peu le sexe. C'était, en moyenne, tous les 15 jours alors que nous vivions ensemble. Elle, c'était la cuillère et la levrette, des fois. Moi, c'était plutôt le BDSM, le jeu de rôle de "viol", la domination, bref : lit ou pas lit, pas de problème pour moi.
    Je me suis forcé à rester avec elle, parce que je pensais que j'étais anormal, un peu, et que je pouvais bien faire des efforts pour elle, parce que je l'aimais.

    Un soir j'ai eu envie d'elle. Elle dormait. Mais plus les minutes s'écoulaient, plus cette envie grandissait, jusqu'à me faire mal à la tête, jusqu'à avoir envie de hurler, de me déchirer la peau, jusqu'à vouloir mourir. Mieux vaut ça que la forcer.

    Je suis resté 3 ans et demi avec cette fille.

    Quand je l'ai quittée, j'ai senti quelque chose de terrifiant : la bête que j'essayais d'étouffer, d'étrangler, de tuer, voulait reprendre sa place.
    A ce moment, j'ai su que je ne devais pas essayer de la juguler, mais que je devais vivre avec. Qu'elle fait partie de moi, comme mon bras gauche ou mes yeux.

    Cette dernière ligne peut s'appliquer à ta sexualité. Peut-être que tu luttes, peut-être que tu cherches à savoir qui tu es sexuellement, mais surtout à l'accepter comme partie intégrante de ta personne.


    Donne-nous des nouvelles ! :smiley:
  • James64
    James64
    26 sept. modifié
    Coucou

    Il est vrai que tu peux essayer de discuter de cela avec lui.

    Je pense que le sexe peut être libérateur comme il peut être destructeur et ou nous faire ressortir notre violence/cote obscure selon l'intention/la manière que s'est fait.

    La quête du plaisir et des fantasmes ne vont pas forcément t'amener au bonheur. Au contraire car plus tu désireras, plus tu souffriras si tu ne peux pas concrétiser ton désir et dans le cas où tu peux l'assouvir, l'addiction peut vite alors prendre le pas.

    Mais peut-être qu'après discussion avec ton copain, tu peux expérimenter tes fantasmes à petite dose. Vois par toi même ce que cela te provoque et si tu souhaites continuer ou non dans cette voie. Mais il faut être prudent et lucide concernant cette recherche de sensation. Une fois que les "petites doses" ne te procureront plus ces sensations, tu voudras peut-être plus/de manière plus extrême/noire. Cela aura forcément un impact sur toi.

    Avec ma copine, la plupart du temps, on a plutôt des rapports doux où j'accompagne souvent son rythme. Mais parfois on fait l'amour de manière animale/forte. Pendant ces moments là et ou juste après je me sens pas forcément bien (même si y a une part de moi qui aime çà je pense, mais pas la totalité de moi). Car cela fait ressortir le cote violent qui est en moi. Je lui en parle, elle me dit qu'elle aime qu'on fasse comme çà de temps en temps. Elle aime recevoir des fessées aussi. Bref pour moi c'est le genre de pratique qui ne m'emballe pas à 100% car j'ai l’impression que la pratique encourage à faire croître le coté sadique/violent/masochiste et ou destructeur/ en nous. Et si je devais écartais totalement ce genre de pratique pour les raisons évoqués, je craindrais un peu que ma partenaire ne trouve plus trop son compte. Je pense que le ciment du couple ne doit pas se fonder sur le sexe mais sur le partage de manière général.

    On peut avoir une part d'ombre en nous, mais est il sage de vouloir l'alimenter au risque qu'il guide notre vie ?
  • Error404
    Error404
    Coucou James64 !

    Je pose la même question : faut-il s'abandonner à sa sexualité ?

    J'ai trouvé une réponse qui me convient, par rapport à moi et à mon histoire :
    "Du moment que personne n'en souffre moralement, abandon total"

    C'est amené à évoluer hein, et il faut pas que ça reste figé de toute façon sinon c'est malsain.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.
?/6
jump to page
 of 1
© Copyright 2014 - Creative Dreams | Propulsé par Vanilla
All times are UTC