L'oubli

missjade
missjade
September 2013 modifié dans Citations d'Amour
Quand une tombe vient de se fermer,

et que sous la lourde pierre semblent ensevelies à jamais,

avec ce que tu as aimé, toutes les joies de ta vie,

c'est moi qui soulève cette pierre et qui en fais sortir celui d'où te viendra,

qui que tu sois, la consolation, – mon frère, l'aimable Oubli.

« L'Oubli, par qui tu seras infidèle sans remords»..DE MUSSET

Réponses

  • missjade
    missjade
    August 2013 modifié
    N’oublie pas…

    N’oublie pas la chanson du soleil, Vassili.
    Elle est dans les chemins craquelés de l’été,
    dans la paille des meules,
    dans le bois sec de ton armoire,
    … si tu sais bien l’entendre.
    Elle est aussi dans le cœur du criquet.
    Vassili, Vassili, parce que tu as froid, ce soir,
    Ne nie pas le soleil.


    Sabine SICAUD, Les poèmes de Sabine Sicaud [Stock, 1964)
    (1913-1928) poète française, morte à quinze ans.
  • judith
    judith
    August 2013 modifié
    L'oubli est salutaire après une guerre avant la paix !
  • Sphoris
    Sphoris
    September 2013 modifié
    N'oublie jamais...
    Surtout, n'oublie jamais que je t'aime...
    Garde en ton coeur les mots que je sème,
    Et fais-les grandir, t'ensevelir,
    Fondre en toi, comme l'ancre d'un navire.

    Surtout, n'oublie jamais que sans toi,
    Mon coeur ne bat plus... Mon âme se noie
    Dans l'abîme d'une quête désespérée,
    Où mes larmes te couvrent de baisers.

    Surtout, n'oublie jamais que c'est toi...
    Mon seul astre, le Soleil de ma vie,
    La Pleine Lune qui fait vivre mes nuits,
    L'eau dans la rivière de mes émois.

    Un poème trouvé sur le net, il y a quelques mois.
  • mickael64
    mickael64
    September 2013 modifié
    il est jolie ce poéme que ta trouvé sur le net sphoris
  • missjade
    missjade
    September 2013 modifié
    J’expose ma détresse
    Au palmarès de mes peines
    Où nulle tendresse
    Ne perce la scène

    J’enterre mes sens et tous mes ressentis
    Au cimetière de mes envies
    J’allume la chandelle de mes déboires
    Ensevelissant mes rêves, inhumant mes espoirs

    Qu’ils reposent en paix dans le puits de l’oubli

    Je terre mes mots dans le silence
    Des archives de mon existence
    Pour suffoquer leurs cris
    Au tréfonds de ma poésie
    Au sacrifice de mes écrits
    Au pied de mes souffrances repenties

    J’allume ma torche de faux espoir
    Pour éclater mes nuits blanches
    Et mes journées noires
    Qui déferlent en avalanche
    De l’autre côté du miroir

    Je roule en silence
    Sur le chemin de mon existence
    Afin qu’aucun bruit
    Ne dérange mon oubli
    Afin qu’aucun cri
    Ne s’abatte sur mon abri
    Afin qu’aucun écrit
    Ne se grave dans les pages de ma vie
    Afin qu’aucun soucis
    Ne se greffe dans ma mémoire engloutis

    Afin que sombre ma vie
    Dans les confins de l’oubli
    Au fond de ma litanie


    ANONYME DU NET:smile:
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.
?/7
jump to page
 of 1